DES DANDIES ET DE LA CONFITURE : PRINTEMPS 2012 #1

Alice de Montalivet
25 avril 2012 – 0 Comment

Dandies, dandinettes,

Le printemps arrive avec sa grande diversité de confitures. Plus ou moins sucrées ; plus ou moins, amères ; vous trouverez de quoi tartiner.

Le provocateur – Au sommet de la pyramide dandy se trouve Helmut

Du nu, du nu, du nu ! Provocateur, Helmut Newton s’expose au Grand Palais jusqu’à 22h (!). La première rétrospective depuis sa mort en 2004 est à Paris. Paris est magique ! Connu et reconnu principalement pour ses photos de mode, il a porté l’avènement du prêt à porter, l’affirmation de la femme et la révolution sexuelle des années 60. Il impose le nu dans la mode et la publicité : so shocking. Il reste le père du mouvement porno-chic des années 2000.

deux femmes nues helmut newton yves saint laurent

Yves Saint-Laurent, rue Aubriot Paris, Helmut Newton pour Vogue France, 1975

« Je suis très attiré par le mauvais goût, plus excitant que le prétendu bon goût qui n’est que la normalisation du regard« , déclare-t-il en 1984, au cours d’une conférence de presse en Autriche, en refusant de se « conformer à ce que l’art accepte ou non« . Provocateur, il photographie par exemple ses « grands nus » (ce n’est pas une image : les photographies sont immenses ; pour la première fois, votre tête arrivera au genou d’une femme). Des « grands nus » inspirés par des photos d’identité judiciaire de terroristes allemands ; ou la série « habillé/déshabillé » qui met en miroir notamment une femme flic, l’une habillée, l’autre pas.

Grand nu Paris Helmut Newton Allemande Grand Palais

Grands Nus IV, 1980, Helmut Newton

Helmut Newton aime ses femmes, il entre dans leur intimité. Mais il a gardé Une femme dans sa vie. Elle réagit à la question de la jalousie dans la vidéo qui clôture l’exposition : « Il a toujours photographié des femmes, et la seule fois où je me suis inquiétée, c’est quand il a photographié des fleurs. Des fleurs séchées, dead flowers« .

helmut newton autoportrait avec modèle nue et femme

Autoportrait avec June, 1981, Helmut Newton

La passion du nu, c’est aussi l’intérêt du photographe pour son modèle et l’amour de l’état brut. Le nu joue sur les pulsions, il nous titille. Pour aller « Au delà de la nudité », poursuivez le lecture de Thierry Dussard, entre autre professeur de communication à l’Institut Français de la Mode.

Architecte et scénographe, il sait exactement ce qu’il veut. L’arrivée du numérique qui permet les ratures ne l’affecte pas. A lui ne suffit qu’un seul clic, une seule photographie. La tension est ultime.

Photo ballerine naked crocodile eating

Crocodile Eating Ballerina, inspirée du ballet de Pina Bausch ‘Keushleitslegende’, 1983

Aucune bonne raison d’éviter ce concentré de séduction, d’humour, de fantasmes et de répulsion.

HORAIRES ET TARIFS : Du 24 mars au 17 juin 2012 : Tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 22h. Fermé le 1er mai (ouverture les mardis 17 et 24 avril) ; Plein tarif : 11 euros ; Tarif réduit : 8 euros (13-25 ans, demandeur d’emploi, famille nombreuse) ; Gratuit pour les moins de 13 ans bénéficiaires du RSA et du minimum vieillesse.

Le sponsorisé – LVMJ, ceci n’est pas un nouveau groupe musical à la mode, aux Arts Décoratifs

Vous avez raté l’exposition foisonnante sur la multiplicité de l’artiste Goude ? Vous serez d’autant plus déçu de voir l’exposition Babar aux Arts Décoratifs. Non, pardon, Louis Vuitton – Marc Jacobs. Un univers riche et complet, mais n’atteignant pas le sensible. Bon, la collection de vieilles malles est impressionnante, et le contexte d’émergence de la marque intéressant et bien illustré. Une période tumultueuse de Révolutions industrielles pleine d’innovations.

L’exposition est divisée en deux étages, l’un pour Louis Vuitton, l’autre pour Marc Jacobs – le second peut être traversé en cinq minutes. Une segmentation qui évoque le marketing.

-Un étage pour le savoir faire : Louis Vuitton aurait créé les malles permettant à la toute neuve bourgeoisie de transporter ses toutes nouvelles robes de tout nouveaux créateurs (le créateur de mode comme on l’entend aujourd’hui naît fin 1800).

Certes, les malles (qui sont légion) sont sublimes, mais on ne comprend pas toujours la présence de certaines pièces (aussi sublimes) comme ces habits de poupée, qui n’ont rien à voir avec la choucroute.

-Un étage pour la mode : un ôde au rythme fou de la mode, et à la saisonnalité. Le merchandising (oui, comme dans une vitrine d’une boutique) est impressionnant. La mise en scène est totale et riche (musique, vidéo, image, habits et accessoires).

Bref, Louis Vuitton joue sur la tension qui fait l’ADN de la maison : savoir faire pour légitimer son statut VS débauche de cool et de collaborations avec le monde de l’art et de la mode.

Tout cela avait-il sa place aux arts décoratifs ? Bof.

Louis Vuitton Bed arts décoratifs exhibition paris

Malle – lit Louis Vuitton en toile Damier, 1891


Trousseau de poupée, 1865

HORAIRES ET TARIFS : du 9 mars 2012 au 16 septembre 2012 ; mardi au dimanche de 11h à 18h – dernier billet vendu à 17h30 ; le jeudi, nocturne jusqu’à 21h (dernier billet vendu à 20h30 ) ; fermés le lundi. 9 €, TR 8,5 €.

Le dissident – Découvrez (une partie) de l’artiste Ai Weiwei au Jeu de Paume

Au commencement était la multiplicité : « A la fois architecte, artiste conceptuel, sculpteur, photographe, bloggeur (etc.) ». Cet artiste au nom qui chante n’est présenté qu’à travers le médium photographique ou de quelques vidéos. Je m’attendais à des installations, des maquettes, du volume. La déception est grande, mais, il nous laisse pénétrer dans sa vie, du New-York des années 70 à la Chine contemporaine, au cœur de la communauté d’artistes avec laquelle il passait du (bon) temps.

Zhang Huan, artiste performeur pris en photo par Ai Weiwei

Vous serez surpris de l’existence de hipster chinois. Ai Weiwei nous enrichit de son expérience de vie, comme témoin et acteur. Comme activiste aussi. Il défend la liberté jusqu’au bout. Ce qui lui vaut d’être aujourd’hui emprisonné par le pouvoir chinois.

Profil de Marcel Duchamp avec des graines de tournesol, 1983, Ai Weiwei

A travers cette photographie de Marcel Duchamp, il rend hommage au parrain de l’art conceptuel et restitue sa personne et sa pensée dans la forme choisie : un cintre et des graines de tournesol.

Marcel Duchamp (de profil)

Intéressé mais pas touché, continuez votre parcours au Jeu de Paume avec Berenice Abbott. Photographe américaine, professeure de Diane Airbus – le Jeu de Paume tire le fil -, elle côtoie le milieu de l’avant-garde artistique des années 20 et joue sur le réalisme photographique aux côtés de Man Ray, Cocteau, Marcel Duchamp etc. Elle leur tire le portrait, flinguant.

Portrait of Jean Cocteau gun berenice abbott paris exhibitionJean Cocteau avec un revolver, 1926, Berenice Abbott, Épreuve gélatino argentique, 35,5 x 28 cm.

eugene atget portrait 1927 by Berenice Abbott jeu de paume paris exhibitonEugene Atget, 1927, Berenice Abbott

Malheureusement ou heureusement, on ne vit plus des portraits (autrefois le gagne-pain des peintres), encore moins de ceux des surréalistes. La seconde partie des photographies sont relatives à une commande de la ville de New-York qui a voulu redorer son blason dans une période mouvementée. Les années 30, le crack de 29 et la morosité qui s’installe. Délectez-vous devant cette image emblématique qui porte cette période et son atmosphère.

Bourse de New York, 1933, épreuve gélatino-argentique, 24×19 cm.

Vous sentez la masse humaine de la ville ? Sublime.

Enfin, je suis restée éblouie devant la prouesse technique rendue par une série de photographie qu’elle a réalisée pour le Massachusetts Institute of Technology, un corpus d’illustrations sur les principes de la mécanique et de la lumière.

Sans les mains ! Non, plutôt sans les appareils photos réflexes numériques à prise de vue rafale. Un mystère.

Spinning Wrench, 1958, Berenice Abbott, épreuve gélatino-argentique, 24*30 in.
Spinning Wrench, 1958, Berenice Abbott, épreuve gélatino-argentique, 24*30 in.

On ne connaît souvent qu’une partie du travail d’un artiste. Le Jeu de Paume met en lumière avec brio ses différentes facettes, parce que oui, même en étant une femme du début du siècle on peut avoir une carrière et oui, en tant que photographe il y a le plaisir, les commandes et les challenges.

HORAIRES ET TARIFS : Dépéchez-vous, il ne vous reste plus qu’une semaine ! Les nouvelles expositions débuteront le 22 mai. Ai Weiwei : Entrelacs du 21 février au 29 avril 2012 / Berenice Abbott (1898-1991), photographies du 21 février au 29 avril 2012. Jeu de Paume ouvert du mardi de 11h à 21h et du mercredi au dimanche de 11h à 19h, fermeture le lundi, y compris les jours fériés. Entrée : 8,50 €, TR 5,50 €. Les « mardis jeunes » : entrée gratuite pour les étudiants et les moins de 26 ans le dernier mardi du mois, de 17h à 21h ; La vente des billets se termine une demi-heure avant la fermeture des espaces d’expositions.

Le rêveur – Burton à la Cinémathèque

Je n’ai pas encore trouvé le temps de me rendre à la Cinémathèque. L’exposition Kubrick m’avait pris une demi journée, comptez certainement autant pour celle sur Tim Burton, le génie de l’imaginaire. La prochaine sur ma liste, vous venez avec moi ?

On pourra même bientôt se faire une journée entière dans l’univers magique de Burton grâce à la sortie de son film « Dark shadows », le 9 mai prochain.

HORAIRES ET TARIFS : du 7 mars au 5 août 2012 à la Cinémathèque ; Ouvert les lundi, mercredi à vendredi de 12h-19h ; les week-end, jours fériés et vacances scolaires (14 au 29 avril et 4 juillet au 5 août) de 10h-20h ; nocturne le jeudi jusqu’à 22h. Fermeture le mardi et le 1er mai. Entrée 11€, TR 8€50, moins de 18 ans 5€50.

Share this story

Related Posts

No comments yet.

Laisser un commentaire


Comment

btt