DES DANDIES ET DE LA CONFITURE : PRINTEMPS 2012 #2

Alice de Montalivet
3 mai 2012 – 0 Comments

Dandies, dandinettes,

Votre âme meurt de faim. Vous serez bientôt rassasiés car la farandole printanière de tartines confiturées continue.

Le classique – Matisse Paires et Séries à Pompidou

Au détour d’une salle, la voix d’une femme détonne : « Pourquoi y peint deux fois la même toile ? ».

Ces répétitions donnent le titre de l’exposition « Paires et Séries« . Ce ne sont pas les mêmes toiles. Cette exploration répétitive d’un même sujet est une illustration des variations, des possibles de la peinture, exposés sous nos yeux.

Ce qui est important de retenir, c’est que c’est vrai pour toutes les peintures. Chaque peinture est un choix de cadre, de touches et de couleurs. Tous ces choix portent un sujet.

Henri Matisse fait varier le cadre, les couleurs, le trait, les touches, pour tendre vers l’œuvre parfaite. Il est un travailleur acharné. Non, le geste créatif ne va pas de soi, il est le résultat d’un dur labeur et pas un don inné. Celui qui vous a dit ça est un vilain menteur. Cette dualité est stimulante pour le spectateur : c’est une confrontation. Lequel préférez-vous, pourquoi, comment ?

Le quel vous touche le plus ? Dans quel tableau, le cadre, les couleurs, les touches, vont le mieux porter le sujet ? C’est une invitation.

Dans cette même scène, avec un même sujet, il raconte deux histoires différentes. C’est fou.

Protrait of Matisse daughter Marguerite pink

Tête blanche et rose, Henri Matisse, 1917, huile sur toile 75x47cm, Centre Georges Pompidou Paris

Matisse est un des chefs de file du fauvisme, mouvement du début du XXe siècle remarquable dans la libération de la couleur. En plus de cette audace chromatique dans les aplats vifs et purs, étonnez vous parfois devant son incroyable futurisme.

View of Notre Dame Paris Henri Matisse
Vue de Notre Dame, Henri Matisse, 1914, Musée d’Art Moderne New York, 147 x 94cm

Cette vue de Notre-Dame détonne totalement avec le reste de l’exposition. En 1914, au début du siècle dernier, cette peinture épurée, qui ne garde que les lignes, est incroyable. Lorsque je la regarde, j’imagine la possibilité d’une Notre-Dame en verre, comme une Arche de la Défense.

Ces couleurs jamais rendues dans des images numériques… Déplacez vous pour les voir ! Etonnez-vous et ressortez en appliquant sa méthode : « Il faut regarder la vie avec des yeux d’enfant ».

Avec les papiers découpés, à la fin de sa vie, Matisse intensifie la notion de variation. L’exposition termine en apothéose avec les quatre nus bleus. Quatre peintures qui cassent le principe même de la peinture. Il peint des morceaux de toile, qu’il découpe, et passera des heures à assembler, désassembler, rassembler. Il découpe la peinture.

Nu Bleu Matisse gouache série

Nu bleu IV, Henri Matisse – Papiers gouachés, découpés, collés sur canson blanc, 1952 – Musée Matisse de Nice

HORAIRES ET TARIFS : « Paires et Séries » du 7 mars – 18 juin 2012 ; 11h00 – 21h00 ; Nocturnes du jeudi au lundi jusqu’à 23h (Fermeture des caisses à 22h). Ouverture anticipée le dimanche de 10h à 11h pour les détenteurs du Laisser passer, et des billets achetés en ligne. 12 €, TR 9 € / 10 €, TR 8 €, selon période.

Les audacieux – Sortez des sentiers battus à l’Institut du Monde Arabe

Les expositions thématiques, on s’y perd et mélange tout. Néanmoins, l’IMA se lance à traiter d’un tabou aussi fort que celui de la représentation du corps dans l’Islam, en France, et pendant une période électorale. Un défi hors du commun. Le contenu est inégal, mais la diversité des productions et l’intelligence de la réalisation sont exceptionnelles. L’orientalisme est en question : mouvement littéraire et artistique du XIXe siècle qui a créé un imaginaire et une représentation de l’Orient. Les termes même d’Orient et d’Occident viennent de là et sont aujourd’hui encore connotés, ils renvoient à cet imaginaire. L’Europe en tant que centre de la création est en question. En avançant dans l’exposition, on réalise la liberté qui s’acquiert. L’ »Orient » vole de ses propres ailes. Plus encore, on y découvre l’émergence d’artistes et de mouvements artistiques propres. Tout un monde à découvrir.

Self Portrait I, Huguette Caland, 1973, huile sur toile, 120×120 cm.

Attention ! Regardez bien cette peinture qui fait un mètre vingt sur un mètre vingt. Relisez le titre. Oui, ceci est un autoportrait.

Meriem Bouderbala

photographie islam medhi danseuse du ventre

Mouvement décomposé, Mehdi-Georges Lahlou, 2010

Une grande première de voir mon ami Mehdi exposé dans un lieu aussi renommé. Et ce n’est pas parce que c’est un ami que je vous le recommande. Dans l’exposition, il détonne. Ses autoportraits sont plein d’humour et touchent la corde sensible. Bien joué !

Adel Abidin « Ping pong » (Clip) (2009) from El-Sphere on Vimeo.

Autre oeuvre surprenante : Adel Abidin. Pas de commentaires.

HORAIRES ET TARIFS : Le Corps Découvert, Du 27 mars au 15 juillet 2012 ; Mardi, mercredi, jeudi de 10h à 18h ; Nocturne le vendredi de 10 h à 21h30, Samedi, dimanche et jours fériés (fermé le 1er mai et ouvert le 14 juillet) de 10h à 19h ; 10,50 € (plein), TR 8,50 €, 6,50 € (-26 ans, MDA et RSA).

L’innovant – La Maison Européenne de la Photographie

En route pour la MEP, le premier jour de sa nouvelle exposition consacrée aux tags berlinois. Ces tags ou Kratzen (griffures pour les berlinois), Dominique Auerbacher les nomme scratches, d’après un procédé des DJs issus de la culture Hip-Hop. Les photos se révèlent plutôt plates, au cœur d’une mise en scène sympathique.

Dominique Auernacher Schrates Berlin Tag Street art

Pas de déception, nous sommes à la MEP, qui regroupe toujours plusieurs expositions. Une de perdue, dix de retrouvées ! La vidéo comme enchaînement d’images. La MEP innove encore. Comme lors d’un voyage en Inde, on trouve toujours dans ce lieu ce qu’on y cherche. Quatre expositions, chacune vit sa vie. J’aime, j’aime pas. Mais notre œil s’arrête, puis vagabonde. C’est la plus grande richesse de ce lieu.

Dominique Issermann MEP

Laetitia Casta, sublime et nue sous l’objectif de Dominique Issermann

(Ré)galez vous encore avec Laetitia Casta photographiée par Dominique Isserman.

Fermez les yeux devant la dureté du photojournalisme de Paolo Pellegrin, membre de l’Agence Magnum. Pour la première fois de ma vie de curieuse, je me serais passée d’explication sous les photographies. Elles transpirent la douleur. Ames sensibles s’abstenir.

Série Cambodge, Paolo Pellegrin

Mais n’hésitez néanmoins pas à rechercher des photographies de son travail, car encore une fois, une belle surprise. Il a réalisé des portraits de personnalités tout en gardant son côté reporter de guerre. Une nouvelle approche de la célébrité.

Brad Pitt miroir rasoir icone Paolo Pellegrin Maison européenne de la photographie

Brad Pitt par Paolo Pellegrin

Laissez vous porter par les vidéo d’Ali Kazma et de Miguel Angel Rios à l’esthétique épurée et très construite d’une beauté rare. Oui, la vidéo vient bien de la photographie. Une extase visuelle qu’on ne peut pas vous offrir, car tous les artistes ne donnent pas leur corps à la science. Enfin… leurs œuvres à youtube.

toupies en mouvement

Mais cela vaut le déplacement.

HORAIRES ET TARIFS : Dominique Auerbacher, Scratches, du 4 avril – 17 juin 2012 // Dominique Isserman, Leatitia Casta, du 18 janvier – prolongation jusqu’au 6 mai // Paolo Pellegrin, Dies Irae (« jour de colère » en latin), du 4 avril au 17 juin // A la croisée des images, vidéos de la collection Neuflize Vie, du 4 avril au 17 juin. Ouvert tous les jours de 11 heures à 20 heures, sauf les lundis, mardis et jours fériés. Accès à la billetterie jusqu’à 19 heures 30. Entrée 7 €, TR 4 €. Gratuit tous les mercredis de 17h à 20h.

World Press Photo 2012

Comme chaque année à la galerie Alaya, vous pourrez assister à la présentation du « world press photo« , un – très -prestigieux concours de photographie. Il regroupe 57 photographes de 25 pays, en 9 thématiques. Heureux lauréats du jury, après une sélection parmi 5 247 photographes et 124 nationalités.
A quoi s’attendre ?

-beaucoup de photo-reportages ; politiques (et comme le contexte l’oblige, révolutions), mais pas seulement. Sports, vie quotidienne, portraits, art…

world press photo galerie alaya

-l’extase photographique.

Du 1er au 21 Juin 2012, tous les jours de 11h à 19h, entrée libre, galerie Azzedine Alaïa, 18 rue de la verrerie, Paris 4ème.

Vous êtes prévenus tôt, mais si vous n’êtes pas disponibles, l’exposition est en tournée mondiale à Berlin, Tokyo, Moscou… Les détails ici.

Share this story

Related Posts

No comments yet.

Laisser un commentaire


Comment

btt