Note d’intention #6 : Le dandy, la mode et le style

Florent-Alexis Wessels Faustin
1 octobre 2010 – 8 Comments

Récemment, je discutais de soDANDY avec une connaissance, et tentais de décrire les contours du discours de Maxim et moi-même sur le blog. J’ai eu cette phrase :

« Finalement, on n’est pas vraiment un blog de mode, on est plutôt un blog de style ».

Et mon ami de me demander la différence.

La mode est par nature datée. A l’origine, le mot « mode » signifie « façon » ; façon de s’habiller. Cela donnera d’ailleurs le mot « fashion ». En 1549, pour la première fois, le mot « Mode » signifie être à la mode : l’idée de suivre une nouvelle mode, avec tout le caractère impératif que cela implique.

Quant à la mode homme, le tournant se situe au début du XIXème siècle. Lorsque Beau Brummell instaure l’idéal qui se perpétue aujourd’hui encore : le dandysme. Bien sûr, il n’a pas sorti cela de son chapeau. C’est le résultat de plusieurs décennies d’une mode anglaise féminine et masculine qui se rend à la praticité sans négliger l’élégance. Encore une fois, le dandysme est un mouvement complexe. Une véritable métaphysique qui a rapport à la question de l’être autant que du paraître. La sublimation du soi, la volonté d’être une œuvre d’art soi-même. « Le dernier acte d’héroïsme » (Baudelaire).

style dandy

Esthétiquement, l’héritage que Beau Brummell nous a laissé se résume en peu de mot. La perfection est la distinction discrète. En saisir et en appliquer les nuances est une autre affaire. Ce qu’il faut retenir, c’est que seul le style demeure. Les modes ne sont pas forcément heureuses. L’histoire retient Brummell, Balzac, Barbey d’Aurévilly, Cary Grant, Richard Burton, Marlon Brando, Steve MacQueen, Sean Connery, Gainsbourg (dans les deux premiers tiers de sa vie, avant Gainsbard – n’en déplaise à mon amie Ikram) et j’en oublie. Parce que ces hommes ont su rester simples, élégants, subtilement distingués.

style dandy classe gainsbourg avant gainsbar

C’est cette différence discrète qui se cache derrière la plus largement acceptée signification du « style ». Mon professeur d’histoire de la mode Farid Chenoune, historien du vêtement et journaliste, a eu cette phrase qui me convainc :

« L’homme aime la mode. Mais pas dans le format inspiré de la mode féminine que l’on veut lui imposer ».

le style de steve mac queen

La mode, ou plutôt les modes, n’incarnent pas nécessairement ce style, qu’on dit intemporel mais qui répond aux critères d’élégance en vogue depuis la fin du XIXème siècle. On a brûlé la cravate dans les années 70. Connu tous les excès dans les années 80. Connu toutes les fautes de goût dans les années 90 et l’avènement du casual wear, du combo jean/t-shirt assez inédit à l’époque. Connu l’époque de la hype des années 2000, avec ses couleurs voyantes, sa folie des baskets (de varappe, de boxe, de tae kwendo), ses jeans délavés Diesel ou G-star. Et nous sommes revenus, maintenant que tout le monde a un H&M pas trop loin et tente d’être ce qu’ils appellent « fashion », à un goût de la simplicité. Après ce panorama très schématique et incomplet, vous vous en rendez compte comme moi : la simplicité plébiscitée demande du temps, de l’argent, une solide connaissance des règles élémentaires d’élégance. Parce que ce qui fait la différence tient à l’infime. Le tissu, la coupe peuvent vous trahir, ou se révéler votre meilleur atout. Les coutures, également. C’est là que tout se joue. Parce qu’un costume à un bouton a toutes les chances d’être un costume de « branleur ». Parce que des chaussures trop pointues seront simplement ridicules. Parce qu’une cravate trop fine (4,5 centimètres étant à mon sens la limite) ne vous conférera aucune classe. Parce qu’une ceinture siglée vous classera dans la catégorie des beaufs pauvres (contrefaçon D&G) ou des beaufs riches (le « H » d’Hermès, ostentation ô combien agressive).

style dandy

Parce que l’habit fait le dandy, nous allons continuer d’essayer d’explorer le style masculin moderne. Avec votre aide, si vous le voulez. En tentant de répondre à vos questions, si vous en avez.

Share this story

Related Posts

8 Thoughts to Note d’intention #6 : Le dandy, la mode et le style

  1. Florent 1 octobre 2010 at 14 h 47 min

    Surement un des meilleurs articles que j’ai pu lire sur ce blog !

    #
  2. Florent 2 octobre 2010 at 15 h 49 min

    Merci Flop !!!!

    Cet article me tenait à cœur !

    #
  3. Nicolas 4 octobre 2010 at 11 h 57 min

    Merci pour ce bon papier.
    J’aime beaucoup le fait que la perspective de votre blog dépasse le cadre du « Dandyisme » originel, pour se placer sur le mode plus général du STYLE masculin et du bon gout.
    Je le partage volontier sur notre page Fcbk!
    Nicolas

    #
  4. Florent 5 octobre 2010 at 1 h 44 min

    @Nico : merci M’sieur ! Content que ça vous plaise !

    #
  5. TheCoolDentist 5 octobre 2010 at 9 h 23 min

    La veste 1 bouton, veste de « branleur » lol ?
    Il faut m’expliquer !!

    #
  6. Florent 6 octobre 2010 at 20 h 30 min

    Eh bien, la coupe de veste à un bouton est connotée quant à l’air du temps : c’est une veste qui n’apparaît que récemment en dehors du format de la veste de smoking / tuxedo.
    Dans le format utilisé, il s’agit de costumes déclinés pour une clientèle très jeune, celle qui n’a pas intégré les nuances de la sobriété. Sobriété de la coupe, surtout. Les coupes utilisées et adoptées sont souvent très étroites, trop étroites. Les revers de la veste se bombent, car le décolleté de la veste est trop profond.
    Après, c’est vrai, mon jugement est très subjectif : il est basé sur qui porte ce genre de costume. Et de la même manière qu’un trois boutons est devenu relativement ringard, le un bouton n’est pas élégant.

    #
  7. Soso 20 octobre 2010 at 18 h 20 min

    Quel dommage que tout le reste de votre site relève bien plus de la mode que du style, au final…

    #
  8. Bbk 18 novembre 2010 at 19 h 29 min

    La mode Dandy pour les enfants par Bbk, créateur de vêtements et d’accessoires hauts de gamme pour les enfants!

    #

Laisser un commentaire


Comment

btt