Sodandy au Pérou

1000 km à travers le Pérou

Maxime Desmet
12 octobre 2012 – 10 Comments

Cet été, j’ai entrepris de visiter une ancienne cité Inca, au cœur des Andes, accessible uniquement à pied et par deux jours de marche. Entreprendre un tel voyage c’est choisir les bons compagnons. A ce titre j’ai choisi une montre Timex comme instrument du temps. Cela peut sembler anachronique en 2012 de se soucier de la montre avec laquelle on part en voyage. Dans une vie urbaine le temps est partout, dans le métro, sur l’écran d’ordinateur, sur le micro-onde et sur nos téléphones. Une montre revient finalement à une ultime coquetterie.

Mais voilà, une fois parti à l’autre bout du monde, que deviennent toute ces choses routinières ? En France nous sommes habitués à être à moins de deux heures des premiers signes de civilisation. D’ailleurs, la quasi totalité des paysages d’Europe sont en réalité modifiés par l’homme.

Ce que je vais vous raconter aujourd’hui, c’est un voyage « au fin fond du Pérou » comme on dit. Un voyage parfois sans électricité, routes ou téléphones. Un voyage avec une notion du temps différente, un voyage qui nécessite d’avoir un compagnon du temps sur qui on peut compter.

Ce voyage a en réalité débuté bien avant de commencer la marche dans les montagnes. Car mon périple s’est d’abord déroulé sur plus de 1 000 km de Lima à Cusco.

Tous voyageurs se rendant au Pérou arrive par sa capitale économique : Lima. Mais si, comme moi vous voulez aller taquiner les sentiers des montagnes et découvrir la culture Inca, il vous faudra atteindre la deuxième ville du pays,  sa capitale culturelle : Cusco. La ville est d’importance puisqu’elle matérialise le centre de l’empire Inca.

Si Lima est sur la côte, Cusco se situe dans les montagnes à 3 500 m d’altitude. On peut bien sur prendre l’avion, et l’affaire est réglée en une heure. Mais c’est beaucoup moins marrant que de faire 1 000 km à travers le Pérou à longer la côte et zigzaguer entre les montagnes…

Un désert de beauté

Timex chronographe

6h12, c’est l’heure indiquée sur ma montre Timex lorsque j’embarque au milieu de Lima dans la Jeep qui me mènera à Cusco en deux jours. Les premières heures du voyage se résument par d’interminables paysages désertiques en bordure d’océan. Ce calme lunaire vient à être troublé par quelques villes comme Chincha, cité côtière marquée par la culture populaire Chicha qui mixe savamment couleurs flashy, musique au beat tectonique et moto taxi tuning. Un régal de kitch qui annonce déjà les Andes.

Paysage Pérou

Les lignes de Nazca

Lignes de Nazca

14h25, un panneau annonce « Lineas de Nazca », les fameuses lignes visibles depuis le ciel qui représentent le bestiaire du Pérou. On se permet un arrêt pour monter au sommet d’une tour de métal, pour apercevoir les dessins. Mais pas le temps de prendre ces petits avions à hélices pour découvrir le reste ; il nous faut encore faire beaucoup de route. Nous devons arriver avant le nuit à Puquio.

Timex chronographe

Lignes de Nazca

Lignes de Nazca

Lignes de Nazca

Une ascension de 4 000 m

Montagnes Pérou

16h06, la nuit tombe tôt. A l’heure du goûter, on sent déjà la fin du jour venir. A la sortie de la ville de Nazca nous commençons une ascension qui ne s’arrêtera plus. Le paysage change, encore plus désertique, nous slalomons entre les collines arides. Au dessus des pics, je peux voir au loin une dune de sable gigantesque s’élever, toujours plus haute que nous malgré notre ascension. Il s’agit de la plus haute dune de sable d’Amérique du Sud. Cette présence nous rappelle que l’on se situe entre l’océan et la montagne, dans un lieu qui n’est pour le moment ni l’un ni l’autre.

Timex chronographe

Montagnes Pérou

Dune de sable - Pérou

Pampa Galeras

Vigognes du Pérou

18h02, le soleil est tellement bas que je ne vois plus que quelques rayons horizontaux qui percent ça et là. Les pics se font moins présents et une grande plaine commence à émerger. Une petite végétation d’herbe haute appelée Ichu apparaît. Nous sommes dans la « Pampa Galeras » immense réserve ou l’on trouve des vigognes en liberté. C’est d’ailleurs dans la pénombre naissante que j’aperçois quelques silhouettes élancées de ces animaux qui produisent une des laines les plus chères du monde. Je me souviens avoir retrouvé cette laine à Milan dans la boutique Emernegildo Zegna. Au tout dernier étage, vous pouvez trouver un manteau en laine de vigogne à 16 000 €. La laine vient probablement des vigognes de Pampa Galeras.

Il faut aussi que je vous précise que maintenant je me trouve à plus de 4000 m d’altitude. Le mal des montagnes nous guette et la nuit aussi.

Timex chronographe

La nuit au Pérou

Puquio

21h46, il fait nuit depuis déjà un moment lorsque nous arrivons à Puquio. C’est ici que nous dormirons, à plus de 3 000 m d’altitude dans une petite ville déjà endormie, loin de tout. Dans la rue des hôtels, nous choisissons un établissement avec eau chaude, un argument commercial qui nous rassure. Finalement l’eau ne chauffera jamais. Pas grave, il fait tellement froid le soir venu, et la fatigue est bien trop grande. C’est dans un grand lit avec un mille feuille de cinq couvertures que je m’endors.

Timex chronographe

Hotel à Puquio

Dans un prochain article, qui suivra bientôt je partagerai avec vous le second jour de ce road trip au cœur des Andes. Nous arriverons dans la vallée sacrée et je vous révélerai le nom de cette fameuse cité Inca que j’ai visité. Et non, il ne s’agit pas du Machu Picchu. C’est bien plus pittoresque.

Et surtout je mettrai en jeu ce compagnon du temps qui m’a accompagné pendant mon voyage.

A vite.

 

Share this story

About The Maxime Desmet

Fondateur. "Ni Dieu Ni Maître" Diplômé en science de la communication et en management par l’Institut Français de la Mode, expert en communication digitale dans la mode au service de maisons ...

Related Posts

10 Thoughts to 1000 km à travers le Pérou

  1. Paul A. 12 octobre 2012 at 17 h 12 min

    Excellent article.

    #
  2. Maxim 12 octobre 2012 at 20 h 13 min

    @Paul A. Merci. Excellent commentaire.

    #
  3. kiki 14 octobre 2012 at 11 h 32 min

    Paysages magnifiques, lunaires, mystérieux et envoutants….j’attends la suite avec impatience: quelle est cette cité perdue? tu as joué à Indiana J. dandy ! as-tu trouvé l’ultime style à ramener à tes congénères parisiens?
    à plus pour lire la suite de ta saga.

    #
  4. Viviana 18 octobre 2012 at 5 h 10 min

    Cette chronique de voyage est fabuleuse !! Félicitations. Je dois remarquer que la côte désertique a était une étage du Paris-Dakar (qui n’est plus à Dakar sinon au Chile, Argentine, arrivant au Perú cette année mois février)

    #
  5. Maxim 18 octobre 2012 at 11 h 51 min

    @Viviana, Merci pour cette précision. Nous avons roulé un peu moins vite que les pilotes du Paris-Dakar pour en profiter un peu plus.

    #
  6. mickael59 8 janvier 2013 at 4 h 16 min

    il faut savoir profiter des paysages , s’impregne de l’endroit …aventure&natture pour un grand bol d’ air 😉 decoiffage assuré ! à des années lumieres de tout ces voyages organisés all inclusive qui rassure les voyageurs par leur cote tout compris et pas de mauvaise surprise mais helas rien au programme de magique ! felicitation pour tes comptes rendu.

    #
  7. circuit perou 6 août 2013 at 18 h 28 min

    Je pense que vous n’avez pas du vous ennuyer durant cette traversée, les paysages y sont tellement variés.

    #

Trackbacks/Pingbacks

  1. 1 000km à travers le Pérou #2 | l'habit fait le dandy - 31 octobre 2012

    […] deuxième jour de mon voyage vers Cusco depuis Lima. A peine réveillé que l’on embarque  en voiture. Bien […]

  2. Jusqu’à Choquequirao | l'habit fait le dandy - 2 janvier 2013

    […] une journée à parcourir la côte du Pérou, une journée à gravir les Andes en 4×4 c’est maintenant le moment de monter à […]

  3. [Concours] Timex | l'habit fait le dandy - 2 janvier 2013

    […] je mets en jeu ma montre Timex T2N818. Cette montre m’a accompagné tout au long de mon voyage au Pérou et n’a pas quitté mon poignet. C’est donc plus qu’une montre que je vous faire […]

Laisser un commentaire

Comment


btt